Viroflay à l'horizon 2025

11 déc. > 31 janv.

La Ville choisit deux opérateurs pour les îlots « Place de la Fête » et des « Réservoirs »

Le projet « Viroflay à l’horizon 2025 » débute concrètement avec le choix  de deux opérateurs pour l’aménagement de deux îlots : celui de la « Place de la Fête » avec la création de 64 logements et celui des « Réservoirs » qui verra  la création d’une crèche et de 40 logements.

« Viroflay à l’horizon 2025 » s’inscrit dans la continuité du Plan local d’urbanisme adopté en 2013. C’est un projet de construction de logements mixtes (logements sociaux et en accession à la propriété), global et cohérent territorialement, accompagné d’un schéma directeur des équipements publics. « Viroflay  à l’horizon 2025 » permet de proposer des équipements publics mieux adaptés aux usages actuels et des logements pour tous les types de population : familles, jeunes, personnes âgées. Jusqu’en 2025, ce sont cinq équipements publics qui seront reconstruits ou réhabilités et de nouveaux logements seront construits avec une proportion de 40 % de logements sociaux. Ces opérations d’aménagement se réaliseront sur une base de renouvellement urbain et sur un nombre limité de cinq îlots situés sur des parcelles qui sont pour la plupart des propriétés communales ou des propriétés de l’Etablissement public foncier d’Ile- de-France, avec l’objectif d’un équilibre financier sur l’ensemble des îlots. Pour mémoire, la Ville de Viroflay doit atteindre l’objectif fixé par l’Etat de 25 % de logements sociaux en 2025. A défaut, de lourdes pénalités pourraient s’appliquer et le préfet pourrait imposer des règles de construction plus contraignantes.

Des opérations d'aménagement exemplaires

C’est dans ce cadre que la Ville a lancé un appel à candidature en vue du réaménagement de l’îlot « Place de la Fête », situé avenue de Versailles, pour la création de 64 logements dont 40 % de logements sociaux, ainsi que de celui de l’îlot des  « Réservoirs », situé 28, avenue du Général Leclerc, pour la création de 40 logements dont 40 % de logements sociaux et d’une crèche de 42 berceaux en rez-de-chaussée. Le groupement Quadral a été choisi pour le premier îlot et Bouygues Immobilier pour le second. 

La Ville souhaite que ces aménagements soient exemplaires et elle veille à ce que les équipements publics et les logements qui sont d’initiative publique s’intègrent du mieux possible dans l’environnement urbain et que toute opération de construction s’inscrive dans une démarche environnementale avec des exigences supérieures aux normes requises. 

Un plan local d'urbanisme pour protéger la ville 

Pour évoluer tout en préservant son cadre de vie, Viroflay s’est dotée en 2013 d’un plan local d’urbanisme (PLU) qui s’avère être un équilibre entre l’ensemble des contraintes imposées à la commune et la protection de l’identité de la ville dont il reste le garant. Le plan local d’urbanisme est un document de planification sur 15 à 20 ans qui exprime le projet urbain de la commune et fixe les règles de constructibilité des terrains. Pour être validé par le préfet, le PLU a dû prendre en compte toutes les contraintes supra communales, incontournables. Il a été négocié de façon à maintenir un équilibre entre renouvellement urbain et préservation des espaces naturels, des paysages et des quartiers pavillonnaires. Il a été adopté en avril 2013 après une longue phase de concertation. S’il devait être révisé aujourd’hui, davantage de contraintes pèseraient avec une pression supra communale toujours plus forte qui imposerait des zones à densifier plus étendues. 

Il permet, certes, de densifier le périmètre des trois gares, les entrées de ville, dont fait partie la place de la Fête, et l’axe de l'avenue du Général Leclerc, de façon à répondre aux contraintes supra communales. Mais il préserve autant que possible les zones pavillonnaires, les sentes, les parcs et jardins. Le PLU a identifié et sanctuarisé une soixantaine de bâtiments privés ou publics, contemporains comme anciens pour leur valeur historique et patrimoniale. Et pour protéger des cœurs d’îlots verts, la limite de la constructibilité s’arrête à 20 / 25m de la rue. Au-delà, les jardins sont préservés.

[ Dernière mise à jour : 03.01.2020 ]

Newsletter

L'essentiel de votre ville !

inscrivez-vous à la lettre d'information