• Accueil
  • Bleu... une expo sans vague à l'âme

Bleu... une expo sans vague à l'âme

Pour son exposition d’été, l’Écu de France présente sept artistes d’aujourd’hui qui ont fait de la couleur du ciel ou de la mer l’élément central de leur travail. Immersion bleue, comme un avant-goût de vacances.

Bleu… Sans vague à l’âme

Pour son exposition d’été, l’Écu de France présente sept artistes d’aujourd’hui qui ont fait de la couleur du ciel ou de la mer l’élément central de leur travail. Immersion bleue, comme un avant-goût de vacances.

Mélangez du bleu primaire à du rouge, ajoutez-y peu à peu du noir… et, peut-être, obtiendrez-vous ce bleu à la fois vif et profond créé au début des années 30 par le peintre orientaliste Jacques Majorelle. Il en habilla tous les murs de sa villa atelier, qui resplendit aujourd’hui encore sous le soleil ardent de Marrakech (Jardins de Majorelle).
Teinte inspirante au possible, du bleu ciel au bleu nuit, cette couleur est devenue la marque
de fabrique de beaucoup de peintres du 20e siècle, à l’instar de Matisse, Picasso, Chagall, Miró,  Klein et tant d'autres.
Comme leurs aînés, beaucoup de peintres, d'artistes plasticiens, de sculpteurs ont fait de cette couleur primaire un élément central de leur inspiration.

Dans sa série Outre-Mer, Sophie Bloch oppose le bleu profond des abysses au bleu électrique des vagues scintillant sous le soleil. La matière grasse et épaisse de l’huile nous entraîne au rythme vertigineux de ses marées intérieures.

Toujours dans cette même quête de mouvement, Bertrand Peyrot utilise le travail du temps sur des plaques d’acier. Il associe la rouille à la transparence ou à l’éclat du bleu pour signifier le temps qui passe.

Dans les Rêveries du photographe Stanley Leroux, le bleu accompagne lui aussi une réflexion sur les changements climatiques et l’impact de l’humain sur la préservation de la planète. Certaines de ses prises de vue réalisées en Amérique Latine, témoins assez récents de glaciers ou de la mer, ne sont plus réalisables aujourd’hui…

L’artiste plasticienne KaPhéine cherche, quant à elle, à inscrire l’empreinte du déplacement via le fil de ses broderies. Sur le bleu du jean recyclé, ses différents points de couture associés aux collages et à la peinture font naître un début d’histoire que chacun est libre d’interpréter.

Deux artistes, ou plutôt trois, ont mis la cyanotypie au cœur de leur travail.
C’est l'une des premières techniques sans argent utilisées pour créer des images photographiques en bleu monoteinte sur différents supports.

Kyano studio associe la passion du duo pour l’image et le textile.

Myriam Thomas, chimiste de formation, a choisi le verre comme support de ses cyanotypes. Elle utilise les textures et les patines du verre comme exhausteur et transmetteur d’émotions.

Le verre encore, dans les sculptures de Sylvie Freycenon qui marie sa « dure transparence  » à la densité de bois remarquables, parfois usés par le temps. L’artiste oppose ou associe, au gré de son imaginaire ces deux matières d’origine végétale et minérale, aussi durables que fragiles.
Laissez-vous transporter par cette couleur, qui a fait dire au poète surréaliste Paul Éluard « La Terre est bleue comme une orange ».

 

INFORMATIONS PRATIQUES

  • Bleu - du 2 juin au 3 juillet.
  • Vernissage public jeudi 2 juin à 19h.

Galerie À l’Écu de France. Ouvert tous les jours sauf le 6 juin de 14h à 19h. Entrée libre. Visites commentées gratuites les mercredis et dimanches à 16h30.


[ Dernière mise à jour : 27/05/22 ]

L'Ecu de France

Adresse1, rue Robert Cahen - 78220 Viroflay

01 39 07 11 80

Contacter par mail

Horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30

Voir la fiche

Newsletter

L'essentiel de votre ville !

inscrivez-vous à la lettre d'information

Viroflay & vous