• Accueil
  • Regards sur la ville : quand la ville s'expose

Regards sur la ville : quand la ville s'expose

Avec « Regards sur la Ville », c’est à une double exposition que nous invite la Galerie À l’Écu de France. Promenade urbaine en compagnie de cinq artistes et coup de projecteur sur le Viroflay d’hier et de demain. Dans le même temps, cycles de conférences et ateliers pour adultes et enfants permettront d’explorer toute la richesse de la thématique de la ville.

© Jérôme Cherrier

Quand la ville s'expose

Organisée de concert par la direction des Affaires culturelles et la direction de l’Urbanisme, la double exposition installée à l’Écu de France additionne les regards portés par cinq artistes sur la notion de ville et un éclairage local - non exhaustif - sur la construction de Viroflay au fil des ans.

Comme une exploration des paysages urbains et humains, les artistes s’inspirent des mouvements perpétuels et des mutations essentielles de tout ce qui forme une ville. Ils et elles ont placé l’espace urbain au centre de leur réflexion. Au même titre que chacun d’entre nous, ces créateurs sont passés du vivre ensemble au confinement et certains de leurs questionnements sont devenus source de réinterprétation de la cité.

Poétique et fragile l’univers protecteur de Cécile Dachary donne vie aux « patients ouvrages de dames » brodés, crochetés ou tri-cotés. Ses villes rêvées en dentelle de colle et ses maisons-escargots en textiles bigarrés s’amusent des proportions et mettent le temps en suspension. Dans un univers plus chaotique, quasi apocalyptique, les sculptures-architectures instables de Jeanne Rimbert viennent questionner la fragilité de nos vies contemporaines. Ses décompositions et ses reconstructions de faïence ou de grès nous entraînent aux confins de la ville-fiction.

© Cécile Dachary

Dans sa Série Look Up, le photographe Jérôme Cherrier nous projette dans un vide inversé, coloré et structuré. Il nous fait voir la ville avec les pieds sur terre et la tête à l’envers, jusqu’à rendre l’architecture vertigineuse. Il propose également quelques clichés de sa nouvelle série Urban Safari, dans laquelle les animaux sauvages investissent plusieurs espaces emblématiques de Viroflay…

© Olivier de Cayron

Avec ses « Emmurés », faits de photographies, de peintures et de collages de boîtes juxtaposées, dans lesquelles il enchâsse des figurines miniatures, Yves Caillaud place l’humain au cœur du bâti. Tel un maçon méthodique, il construit les murs de villages ou de mégapoles imaginaires qui s’accumulent à l’infini. Dans cet esprit de dé-multiplication, Olivier de Cayron mêle le séquençage d’images, la trame du microperforé industriel, le plexiglas et l’entretoise pour créer une vibration visuelle et un décalage de l’image initiale. Il fait ainsi dialoguer recherche optique et esthétique narrative. Rencontre avec cinq artistes qui s’amusent du réel et le transfigurent pour le rendre parfois plus réaliste.

 

 

© D.R

Quand Viroflay est devenue une ville

Dans sa partie plus pédagogique, l’exposition présente différents documents, cinématographiques, graphiques, photographiques et cartographiques qui marquent les temps forts de la construction et de la transformation de la ville. 

Hier simple hameau, aujourd’hui ville, la construction de Viroflay s’est faite au fil des siècles et des hommes qui l’ont administrée, comme la plupart des communes de France ou d’ailleurs. Une évolution toujours portée par les besoins des habitants en termes de logements, de commerces, d’écoles, de transports… De « village-vassal  », qui fournissait en vivres la Cour de Versailles, à bourg de villégiature pour les nombreux Parisiens qui y édifièrent leurs maisons de campagnes près des trois lignes de chemin de fer, à la ville connectée et multimodale qu’elle est devenue, Viroflay n’en finit pas de grandir sur elle-même, tout en préservant son environnement privilégié.

Si la ville est avant tout un territoire géographique, avec ses composantes naturelles et paysagères à part entière, elle est aussi une aventure sociale qui nous réunit tous autour de l’idée que chacun se fait d’elle. En définitive, chaque habitant est un peu l’architecte de sa ville.

Au même titre que les maisons, les équipements publics et toutes autres formes de construction, la rue, la signalétique, le mobilier urbain et les jardins forment un langage commun à tous les habitants. Belle et bien existante, comme la montre les différents panneaux de l’exposition, Viroflay reste une ville riche en projets, dont le futur se dessine encore aujourd’hui.

Court-métrage "Les briques rouges

Un film de 13 minutes présenté dans le cadre de l’exposition « Regards sur la ville », propose une visite immersive dans la résidence viroflaysienne du 27-29, rue Rieussec, dite résidence des « Briques rouges ». Cet ensemble de logements de 1932, de l’architecte Julien Heulot, mêle des références aux Habitations Bon Marché ceinturant Paris et aux cités jardins anglaises. Cette résidence est un excellent exemple de l’adaptation de ces deux modèles pour des classes moyennes. La quantité de cages d’escalier, les ascenseurs, la présence de chambres de bonnes, la variété des appartements allant du T1 au T4 en font une résidence avec tout le confort des années 30 tout en étant toujours aussi agréable à vivre de nos jours. Le film s’appuie sur l’analyse des architectes et paysagistes du CAUE 78 et des entretiens menés avec les habitants de la résidence et leur sensibilité à cette architecture Art déco.

© CAUE 78

Informations pratiques

Regards sur la ville
Du 21 octobre au 27 novembre. Vernissage public jeudi 20 octobre à 19h
. En concert avec Nicolas Bras, Les Musiques de Nulle Part. Instruments de musique fabriqués à partir de matériaux de chantier.
Galerie À l’Écu de France, ouverte tous les jours de 14h à 19h (sauf 1er et 11 novembre). Entrée libre. Visite commentée gratuite de l’exposition les mercredis et dimanches à 16h30.

Autour de « Regards sur la ville »
Cycle de conférences avec l’historienne de l’art Véronique Defauw, atelier dessin, atelier découverte…
En savoir plus

[ Dernière mise à jour : 14/10/22 ]

L'Ecu de France

Adresse1, rue Robert Cahen - 78220 Viroflay

01 39 07 11 80

Contacter par mail

Horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30

Voir la fiche

Newsletter

L'essentiel de votre ville !

inscrivez-vous à la lettre d'information

Viroflay & vous