Visages dévisagés

expositions

 

30 janv. > 01 mars

Notre visage reflète-t-il vraiment toutes nos émotions ?

Notre visage reflète-t-il vraiment toutes nos émotions ? Huit artistes proposent leurs réponses troublantes au travers de leurs œuvres tous formats présentées à l'Écu de France jusqu'au 1er mars, pour l'exposition Visages dévisagés.


Technique de nouage, peinture, aquarelle, sculpture, travail du papier, de la terre ou du textile, collage ou encore modelage à base de cire... tout fait sens chez les huit artistes pour donner corps et visage à leurs figures humaines. Derrière les masques et les sculptures du peintre et sculpteur Jacob Diboum, mêlant l'art traditionnel africain aux techniques nouvelles, s'expriment les blessures profondes de l'homme. Au-delà du cri d'alarme qu'ils poussent, on entend les hommes qui chantent la danse. C'est dans ce même univers aux couleurs d'Afrique, que résonnent les voix muettes des sculptures patiemment nouées, corde à corde et fil à fil, par Patricia Berquin. Longilignes et colorées ses créatures se hissent, sans structure métallique, comme autant de totems inflexibles.

Les personnages et les singuliers tableaux-bas-reliefs faits de carton, de papier et de tissu de Rebecca Campeau donnent à voir, la figure de l'homme et de la femme de tous les jours, dans son quotidien et son milieu humain avec ses interrogations, ses joies et ses peines. Sculpteur textile comme elle, Nadine Vergues va chercher dans l'âme du tissu et du feutre une autre expression de l'humain. En malmenant, en brûlant et en façonnant des matériaux simples qu'elle trouve au rebut, elle donne une parole empreinte de poésie aux exclus et aux sans-grade. D'apparence plus douce au regard et au toucher, la sculpture d'argile ou de bronze de Soria Jordi, exprime elle aussi tout un monde et une humanité. La forme semble nette, mais elle se tord et se chiffonne pour laisser transparaître les émotions les plus intimes sans aucune retenue. Entre voir et laisser voir, c'est notre propre regard qui nous est rendu au fil de cette exposition qui se lit comme un bestiaire humain.

Pascal Marlin, peinture et collages, créateur de l'affiche
De la peinture à l'huile, j'ai glissé vers une technique mixte associant le collage qui facilite les repentirs, l'impression sur photo, les autocollants, les papiers industriels et les radiographies. Leur teinte bleutée est idéale pour jouer avec les ombres.. Les matériaux se succèdent et s'accumulent pour reprendre inexorablement le thème de la figure humaine et son questionnement sur la différence.

Elise Kobisch-Miana, aquarelle et modelage de cire
Depuis que je dessine, puis comme maquilleuse-prothésiste au théâtre ou à l'opéra, j'ai toujours travaillé sur le visage. Il me passionne. Il est à la fois un mur et une porte, il renferme tous ses mystères. J'ai découvert la cire en 2015, depuis j'utilise les techniques du silicone pour créer mes sculptures en cire. Toujours des formes qui intègrent le visage et parfois le dépassent, mais qui n'ont jamais de corps.

Anne Bothuon, sculpture textile
La ouate est mon matériau de prédilection depuis 20 ans. Je l'utilise comme de la terre. Je monte mon volume de la même manière, je l'enveloppe de gaze peinte et je sculpte mes personnages et mes bustes à l'aide de fil et d'une simple aiguille. J'y cherche la reproduction du corps commun, avec ses imperfections, ses expressions et ses défauts. Réalisés à taille humaine, mes personnages obligent les spectateurs à se confronter avec eux en face à face direct.

Atelier et rencontre en lien avec l’exposition

Samedi 29 février de 14h30 à 17h30
Atelier découverte
Création d'une tête en art textile avec Rebecca Campeau, artisteEcu de France.
Tarif :26 € / 15 € pour les élèves inscrits aux ateliers d'art municipaux.
Renseignements et inscriptions à l'Ecu de France ou au 01 39 07 11 80.

Dimanche 1er mars de 15h à 18h
Démonstration et échanges
Réalisation d'un masque à la cire.
Avec Elise Kobisch-Miana, maquilleuse et plasticienne
Ecu de France.
Entrée libre

Infos pratiques

Tarif :

Gratuit

Horaires :

Exposition du 30 janvier au 1er mars
Galerie A l’Écu de France
Ouvert tous les jours de 14h à 19h

Vernissage jeudi 30 janvier à 19h 

Réservation / Billetterie :

Entrée libre

[ Dernière mise à jour : 17.02.2020 ]

Newsletter

L'essentiel de votre ville !

inscrivez-vous à la lettre d'information